Fonds archives

Fonds Alan B. Stone

 

Important photographe décédé en 1992, Alan Stone s’était fait une solide réputation dans la photo culturiste à partir des années cinquante. Sa renommée dans les milieux culturistes a été internationale et il a publié à Lachine, en collaboration avec un éditeur de New York.

 

Au stade actuel du catalogage, le fonds renferme au moins 30 000 négatifs, 3 000 diapositives, 1 500 photographies couleur, 1 500 planches contact, une centaine de documents divers. Outre les culturistes, on trouve aussi des photos publicitaires et touristiques des rues de Montréal à diverses époques, des évènements sportifs et des photos personnelles. Cette collection a été présentée au public dans plusieurs expositions retraçant l’oeuvre de ce photographe montréalais.

 

 

Fonds de l’Androgyne

 

De 1975 à 1982, l’Androgyne, première librairie gaie et lesbienne à Montréal, était gérée par un collectif avant de devenir une entreprise privée. Les archives du collectif de l’Androgyne ont été remises aux Archives gaies du Québec et contiennent les papiers relatifs à la librairie, des coupures de presse, des bibliographies, les livres de bord (qui offrent une des meilleures sources sur le développement rapide des communautés gaie et lesbienne à cette époque), les procès-verbaux, ainsi que des imprimés divers.

 

 

Fonds Bernard Courte

 

Tous ceux qui ont oeuvré dans la communauté gaie et lesbienne dans les années 1980 se souviennent de Bernard Courte. Il a été journaliste pour Le Berdache, revue de l’Association pour les droits des gais et des lesbiennes du Québec (ADGLQ). Il a été aussi l’un des membres fondateurs, puis le rédacteur en chef de la revue Sortie. Bernard Courte a collaboré à de nombreuses associations, présenté de nombreuses conférences, écrit dans de nombreux journaux. Il a été l’un des premiers à comprendre l’importance du sida et de son impact sur les gais. Ami des Archives gaies du Québec dès leur création, Bernard Courte connaissait la nécessité de préserver ce passé collectif et, avant de quitter Montréal en 1986, il nous a laissé tous les documents concernant son implication dans le mouvement gai d’ici. Il a été actif dans la défense des gais et des lesbiennes jusqu’à ce que le sida l’emporte en 1991. Le fonds Bernard Courte est un inestimable témoignage sur les mouvements et journaux gais et lesbiens de l’époque.

 

 

Fonds Douglas Buckley-Couvrette

 

Dans le Montréal des années 1990, Douglas Buckley-Couvrette fut une figure de proue du mouvement gai et lesbien. Ses écrits témoignent de son militantisme pour les droits des gais et des lesbiennes et de son engagement en faveur de la sensibilisation à l’épidémie du VIH/sida. Il a joué un rôle de premier plan dans l’amélioration des rapports entre la police de Montréal et la communauté gaie et lesbienne, qui s’étaient fortement détériorés à la suite de l’évènement Sex Garage. Il s’est beaucoup impliqué dans de nombreux groupes et comités communautaires, notamment Act Up Montréal, Dire enfin la violence, la Table de concertation des lesbiennes et des gais du grand Montréal et le Comité des personnes atteintes du VIH du Québec. Il a contribué à la création, dans le Village gai de Montréal, du Parc de l’espoir, en souvenir des victimes du sida. Les documents qu’il a laissés montrent qu’il a côtoyé d’autres militants de premier plan, tels Roger LeClerc, Pauline Metcalfe et Michael Hendricks, impliqués comme lui dans la défense des droits des gais et des lesbiennes. Il a rassemblé une collection impressionnante de dépliants, de brochures et d’articles de journaux et de magazines qui permettent d’avoir une vue d’ensemble du dynamisme du mouvement gai et lesbien à Montréal à cette époque. Douglas Buckley-Couvrette est décédé en 2002.

 

 

Fonds Ken Morrison

 

Ken Morrison oeuvre depuis 1985 dans plusieurs organismes constitués pour répondre à la crise du sida. Il a travaillé à CSAM, à Séro-Zéro entre autres, et il a participé à de nombreuses conférences, recherches sur le sida, tant au niveau de la province, du fédéral, qu’au niveau international. Il a été le coordonnateur du programme culturel lors du congrès international sur le sida tenu à Montréal en 1989.

 

Outre les documents de l’organisme CSAM, il nous a donné de nombreux rapports de conférences et de colloques internationaux sur le sida, ainsi que de nombreuses affiches sur la prévention du sida (Une soixantaine de pays sont représentés à travers ces affiches), des oeuvres d’art et le livre qu’il a écrit en collaboration avec Allan Klusacek : A Leap in the Dark, Montréal, Véhicule Presse (1989). Un inventaire partiel et préliminaire est disponible ici.

 

 

Fonds Namaste de « zines »

 

Cette collection de « zines » (revues artisanales et souvent illustrées à la main) est un don de la professeure Viviane Namaste de l’Institut Simone de Beauvoir, Université Concordia. Ces revues datent surtout des années 1980 et du début des années 1990 et proviennent des États-Unis, du Canada, de la France et du Royaume-Uni.

 

 

Collection FLH (Front de libération homosexuel)

 

Les Archives gaies du Québec s’enorgueillissent de détenir le livre de bord du FLH (premier mouvement ouvertement gai et lesbien à Montréal), ainsi qu’une copie de la cassette vidéo produite en 1972, par le Centre audiovisuel de l’Université de Montréal et dans laquelle s’expriment plusieurs membres du FLH. Nous avons aussi des photocopies des procès-verbaux, de la correspondance, etc., de ce premier rassemblement de gais et de lesbiennes au Québec. Les Archives gaies du Québec ont souligné, en mars 1996, le 25e anniversaire de la création du FLH.

 

 

Fonds ADGQ

 

L’Association pour les Droits des gais au Québec (ADGQ, puis ADGLQ — Association pour les Droits des gais et des lesbiennes du Québec) était le fer de lance du mouvement montréalais des années 1977 à 1987, moment où la minorité homosexuelle est passée de groupe marginal et méconnu à celui de communauté reconnue par les médias, le public et les gouvernements. Véritable organisme « parapluie », cette association a oeuvré dans presque tous les domaines. À sa dissolution en 1988, le groupe a voulu que ses riches collections de périodiques, ses archives administratives et sa documentation volumineuse soient conservées aux Archives gaies du Québec. Le fonds comprend la correspondance, les procès-verbaux de l’organisme et de ses comités ainsi que des publications, que des photos, des bandes sonores, des affiches. Les dossiers comprennent des imprimés de tous les autres groupes (ligues sportives, groupe des sourds, groupes religieux, parents de gais, etc.) qui existaient à l’époque, mais aussi des imprimés concernant les services sociaux pour lesbiennes et gais, la commission sur l’éducation sexuelle, les émissions gaies aux radios communautaires et au câble, les descentes de police aux saunas entre autres.

 

 

Fonds CCGLM

 

Le Centre communautaire des gais et des lesbiennes de Montréal (CCGLM) a été fondé en1988 dans le but de fournir de l’appui technique et administratif aux groupes communautaires lesbiens et gais. Le CCGLM a fait partie de la Coalition des organismes des minorités sexuelles de Montréal (« La Coalition ») qui luttait pour la réforme du Code civil du Québec afin d’accorder des droits aux conjoints de même sexe. La Coalition, qui a eu ses bureaux au CCGLM, était constituée d’une quinzaine d’associations. Ce fonds contient surtout des documents portant sur les activités administratives du CCGLM et aussi de La Coalition. Les thèmes que l’on retrouve le plus souvent sont les droits des gais et des lesbiennes, le VIH/sida, les jeunes de la rue et la position de l’Église sur l’homosexualité. Ce fonds permet de connaître le fonctionnement interne d’un groupe communautaire impliqué dans la lutte pour les droits des gais et des lesbiennes dans les années 1990.

 

 

Fonds Marcel F. Raymond

 

On trouve dans ce fonds des manuscrits et de la correspondance récente liée au travail d’écrivain de Marcel F. Raymond, divers documents sur ses œuvres comme peintre, des dossiers littéraires sur sa maison d’édition MFR Éditeur, d’autres documents comme des photos, des imprimés ou des lettres concernant sa carrière de culturiste et de modèle qui le fit connaître sous le pseudonyme de Martin Reid, dans les années soixante et soixante-dix. Le fonds qui a été trié et inventorié compte au total près de trois mètres linéaires d’archives datant de 1920 à 2008. Il renferme aussi des procès-verbaux et des rapports financiers sur ses activités comme homme d’affaires et en tant que secrétaire du Centre de services sida secours du Québec. Une série de notes de cours prises lors de ses études en sciences politiques, en littérature française et en droit constitutionnel à Sir George Williams University (aujourd’hui l’Université Concordia) complète le tout. Il est à remarquer que c’est à la suite de l’acquisition de la collection Alain B. Stone que nous avons pu rencontrer Marcel F. Raymond qui était l’un des modèles qu’affectionnait ce photographe exceptionnel. Ce fonds peut être consulté sur rendez-vous, pour le moment (2008-12-30), aux bureaux du Groupe MFR, société de gestion privée.

 

 

Fonds Jean Simoneau, écrivain

 

Nous avons fait l’acquisition de l’important fonds d’archives du poète, essayiste et romancier Jean Simoneau (1943- ). On trouve dans cet ensemble les manuscrits de ses oeuvres publiées et inédites, son journal intime ainsi que de la correspondance liée à son travail d’écrivain et de polémiste, quelques-unes de ses oeuvres comme peintre, des dossiers littéraires et politiques, d’autres documents comme des photos, des affiches, des articles de journaux. Le fonds qui compte près de deux mètres linéaires d’archives renferme des documents créés pour la plupart entre 1957 et 2005.

 

 

Fonds Les Prédateurs

 

Texte à venir.

 

 

Autres fonds

 

  • La Coalition et le RAGLAM (ancêtres de l’actuelle Table de concertation des gais et des lesbiennes du Grand Montréal)
  • Naches (premier groupe juif à Montréal): bulletins, procès-verbaux, bulletins de plusieurs autres groupes juifs gais à travers le monde
  • GHAP (Groupe homosexuel d’action politique, de 1975 à 1976)
  • GMA (Gay Montréal Association-Association homophone de Montréal de 1973 à 1975)
  • Integrity (groupe gai anglican de 1975 à 1980)
  • La ville en rose (colloque d’études lesbiennes et gaies tenu à l’UQAM en 1992)
  • Fonds « Outgames », du comité organisateur de l’évènement de 2006.