novembre 2017

Le dimanche 19 novembre dernier, John Banks, bénévole de longue date aux Archives gaies du Québec, fut invité à parler de sa relation de travail avec Marlene Dietrich, lors de la projection du film Blue Angel (L'Ange bleu). L’invitation avait été faite par M. Philippe Spurrell, directeur du Cinéclub Film Society. La projection du film Blue Angel a eu lieu dans une salle du Pavillon des arts de l’Université Concordia devant plus de 80 personnes. John Banks en a profité pour dire qu’il était bénévole aux Archives gaies du Québec depuis plusieurs années et que sa correspondance avec madame Dietrich y était déposée. Pierre Pilotte, le coordonnateur de l’organisme, accompagnait M. Banks. Ils en ont profité pour faire la distribution du dépliant. Lors de sa présentation, M. Spurrell a glissé quelques mots sur les Archives gaies du Québec et les a remerciées pour leur participation à cet évènement. Nous le remercions pour son invitation et son accueil chaleureux.

La Mel Hoppenheim School of Cinema, Concordia University Interdisciplinary Studies in Sexuality and Queer Database Canada-Québec en collaboration avec les Archives gaies du Québec présentent une conférence en anglais de Lucas Hilderbrand sur l’histoire des bars gais aux États-Unis depuis Stonewall. L’évènement aura lieu le jeudi 23 novembre à 18h30 au Bar Stock, 1171 rue Ste-Catherine Est à Montréal. De Chicago à Kansas City, de New York à Atlanta, Lucas Hilderbrand donnera des conférences sur l’histoire complexe des bars gays aux États-Unis après 1969. Tout en donnant au public montréalais un aperçu de son prochain livre, The Bars Are Ours : The Culture of Gay Bars in the U.S. Since Stonewall, il abordera une variété de sujets, dont les lois sur le sexe, les scènes de cuir et de travelo, l’épidémie du sida et les coalitions politiques. Lucas Hilderbrand (Ph. D., études en cinéma, NYU) donne des cours sur le cinéma et les médias, et les études visuelles et queers à l’Université de la Californie (Irvine). Auteur du livre couronné de succès Inherent Vice (2009) et de la monographie Paris is Burning (2013) sur les films queers classiques, il a aussi écrit sur la contrefaçon de vidéocassettes, la formation progressive de l’identité queer et le caractère équivoque du documentaire expérimental.

Le 25 octobre dernier, Vincent Warren, (1938-2017) un grand ami et donateur des Archives gaies du Québec, nous a quittés. Il fut un danseur emblématique des Grands Ballets Canadiens de 1961 à 1979, qui incarnait la beauté, la grâce et la sensualité. Il a beaucoup contribué à l’essor de la collection de la Bibliothèque de la danse qui porte aujourd’hui son nom (http://bibliodanse.ca). Adieu Vincent et merci.